Nouvelles technologies de l’énergie

Ce mastère spécialisé coaccrédité par les écoles publiques d’ingénieurs INP-Enseeiht et INP-Ensiacet donne aux étudiants une connaissance avancée de la problématique de l’énergie et de ses nouvelles technologies. Il s’appuie sur une interdisciplinarité croisant particulièrement le génie électrique et le génie des procédés. Les différents volets méthodologiques et technologiques traités visent la conception de nouveaux systèmes énergétiques, plus efficaces et durables : écoconception, modélisation orientée énergie, analyse du cycle de vie, optimisation multicritère, bilan carbone, énergies renouvelables et leur stockage, vecteur hydrogène et piles à combustible, smart grids. Le programme du premier semestre compte six unités d’enseignement : conception systémique et écoconception ; systèmes hybrides, smart grids et stockage électrochimique ; énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien, biomasse, petite hydraulique) ; formation générale (anglais et journées thématiques sur divers aspects clés de l’énergie ; projet long en groupe (six semaines). Des visites de sites (centrales photovoltaïques, hydrauliques, éoliennes et production biogaz) pour illustrer les principes sont également au programme.

Master Management de la Transition Énergétique

En part-time sur 12 mois, ce MBA spécialisé a pour vocation de former des profils pluridisciplinaires de managers qui seront capables de piloter aussi bien des démarches de sobriété et d’efficacité énergétique que des projets d’énergie renouvelable. Cette formation sur les outils/méthodes de pilotage et d’évaluation des projets de transition énergétique facilite la prise en compte par les décideurs de l’intérêt économique de telles démarches.

Management et marketing de l’énergie et de la transition énergétique

Le mastère spécialisé management et marketing de l’énergie rassemble l’expertise de deux partenaires académiques : Grenoble école de management, Grenoble INP (Ense3). Il offre ainsi à ses étudiants une double compétence, managériale et technologique. Il se déroule en alternance sur 15 mois, avec plus de 50 % du temps en entreprise, et vise à former les étudiants aux missions de développement commercial et marketing, à l’analyse stratégique ou encore au pilotage de projets énergétiques, avec un focus sur les marchés de l’électricité et les smart grids. Une mise à niveau de 40 heures de cours pour ingénieurs ou managers est incluse dans la formation.

Ingénierie marine et éolien offshore

Face aux enjeux du changement climatique et devant les espoirs placés dans le développement des énergies marines renouvelables, Centrale Méditerranée a lancé en septembre 2020 le mastère spécialisé® ingénierie marine et éolien offshore en partenariat avec Seatech.
Ce mastère spécialisé® est un diplôme accrédité par la Conférence des grandes écoles et labellisé par les pôles Capenergies et Mer Méditerranée. Il vise à former des professionnels dans le domaine de l’exploitation pétrolière offshore, mais également des énergies marines renouvelables. Il est ouvert aux personnes titulaires d’un diplôme d’ingénieur ou d’un diplôme universitaire de niveau bac+5, français ou étrangers. Il est également accessible aux titulaires d’un bac+4 ayant au minimum trois ans d’expérience professionnelle.

Expert en projets et production d’énergies renouvelables (Expper)

Le programme de formation mastère spécialisé® expert en projets et production d’énergies renouvelables (Expper) apporte à ses étudiants les compétences et les connaissances indispensables à l’accomplissement de leur projet de reconversion professionnelle ou de début de carrière d’ingénieur dans le domaine des énergies renouvelables. Avec son programme pluritechnologique très complet (solaire photovoltaïque et thermique, éolien, biomasse, biogaz, géothermie, pompes à chaleur, hydroélectricité…), cette formation d’un an permet d’acquérir tant des compétences méthodologiques transverses que des compétences et connaissances spécifiques aux différentes technologies EnR. Elle intègre chaque année les nouveaux éléments réglementaires, les évolutions actuelles étant l’ouverture du marché de l’autoconsommation et le développement d’écosystèmes hydrogène comme nouveau moyen de stockage associé aux énergies renouvelables et à la mobilité décarbonée. L’objectif est de donner aux futurs diplômés les meilleures ­capacités pour concevoir et dimensionner un système de production d’énergie à base d’énergies renouvelables, mais aussi d’en conduire la construction, l’exploitation et la maintenance. En tant qu’experts, ils sauront également conseiller collectivités, administrations et entreprises en matière de choix énergétiques durables et économiques.
Des intervenants professionnels passionnés et spécialistes de leur domaine EnR réalisent 70 % du volume horaire de cours. Les promotions sont formées de 15 à 20 étudiants afin de favoriser des échanges de grande qualité avec les formateurs. Créé en 2001 à Bastia, ce programme est dispensé depuis 2014 sur le campus des Arts et métiers d’Aix-en-Provence, avec un ancrage régional qui permet chaque année l’organisation de nouvelles visites de sites ou de chantiers d’installations de production d’énergies renouvelables.
Le taux d’embauche à trois mois est de 80 %. Sauf dérogation, le recrutement s’effectue à un niveau M2 (bac +5/­ingénieur).

Éco-innovation et nouvelles technologies de l’énergie

Le mastère spécialisé® en éco-innovation et nouvelles technologies de l’énergie ou « éco-énergie » de l’ICAM, site de Nantes, s’inscrit dans la problématique du développement durable et de la transition énergétique. Créé en 2010, il a pour principal objectif de former des spécialistes de l’amélioration de l’efficacité énergétique et du développement des énergies renouvelables.
Sur les 450 heures d’enseignement, 120 heures sont ainsi consacrées à l’efficacité ­énergétique, 180 sont dédiées aux énergies renouvelables et 50 sont vouées à l’éco-conception et à l’innovation. La formation est accessible à des profils diversifiés : scientifiques, économiques et ­technologiques.

Énergies nouvelles et renouvelables

Formation pluridisciplinaire traitant de la maîtrise de l’énergie, des dispositifs de conversion énergétique utilisant des énergies nouvelles ou renouvelables (photovoltaïque, éolien, vecteur hydrogène), des systèmes de stockage de l’énergie, de la thermique du bâtiment, de la modélisation et de la gestion des réseaux. Près de 25 % des enseignements sont assurés par des intervenants des milieux socioprofessionnels concernés, incluant une formation en droit concernant le domaine des EnR. En plus, le master traite certains aspects socio-économiques et réglementaires tout en appréhendant la gestion de projets et le développement du travail collaboratif. Le M2 ENR peut être suivi en formation initiale ou en alternance (contrat de professionnalisation) et est ouvert à la VAE.

Énergie et matériaux avancés (EMA) – Énergies renouvelables

Ce master pro recherche fournit aux étudiants les connaissances de base sur les énergies renouvelables et leur apprend à réaliser une évaluation économique des projets d’énergies renouvelables avec une expertise technique sur le photovoltaïque, le solaire thermique et l’éolien.

Économie de l’environnement, de l’énergie et des transports – parcours Économie de l’énergie et du développement durable (EEDD)

En première année de master, le parcours Économie de l’environnement, de l’énergie et des transports apporte les enseignements fondamentaux d’économie de l’énergie et du climat.
En deuxième année, le parcours Économie de l’énergie et du développement durable est un parcours indifférencié professionnel/recherche, qui peut être suivi en régime présentiel, en enseignement à distance ou en alternance.
Les étudiants acquièrent les compétences suivantes :
• comprendre le fonctionnement des marchés de l’énergie et les stratégies des principaux acteurs. Analyser la formation des prix et les principes de tarification de l’énergie ;
• comprendre et évaluer les politiques publiques en matière d’énergie et d’environnement ;
• construire un bilan énergétique et un bilan gaz à effet de serre ;
• définir et mettre en œuvre des plans d’action de maîtrise de l’énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
• Maîtriser l’anglais appliqué à l’énergie

À l’issue de la formation, les étudiants sont capables d’occuper des postes de cadres et de répondre à des problématiques économiques liées à l’énergie, dans les grandes entreprises énergétiques, les collectivités territoriales, les cabinets de consultants énergie-climat, les agences publiques relatives aux questions énergétiques et climatiques.

EUR Green Transition Academy:

A partir de septembre 2021, les étudiants en première année du master EEET pourront intégrer une formation à la recherche interdisciplinaire labélisée par l’EUR Green Transition Academy. Cette option aura pour cible de former des futurs chercheurs et des experts de haut niveau, qui pourront travailler dans les collectivités ou organisations nationales et internationales.

Le parcours Économie et politiques de l’énergie s’adresse aux étudiants de l’école d’ingénieurs ENSE3 de Grenoble INP. Il vise à compléter les enseignements orientés vers les métiers d’« ingénieurs de l’énergie » par des enseignements en économie appliqués aux problématiques énergétiques et climatiques

Masters de la Solar Academy : Energy for solar buildings and cities (ESBC) et solar energy : law, economics and management (Solem)

Les programmes de master ESBC et Solem font partie de la Solar Academy Graduate School, de l’université Savoie-Mont-Blanc (USMB). Ces masters sont développés conjointement par l’Institut d’administration des entreprises (IAE Savoie-Mont-Blanc), l’école d’ingénieurs Polytech Annecy-Chambery et la faculté de droit de l’USMB. Située sur le campus du Bourget-du-Lac, à proximité des installations expérimentales de l’Ines (Institut national de l’énergie solaire), la formation est dispensée en langue anglaise.
Le programme ESBC combine la pratique et la théorie centrée sur les domaines de l’ingénierie de l’énergie solaire et de la physique du bâtiment et des sciences des matériaux. Une introduction novatrice aux sciences économiques et juridiques, axée sur l’économie de l’environnement et le droit de l’énergie (verrous importants de la transition énergétique) donnera lieu à un enseignement pluridisciplinaire unique. Le programme ESBC vise à recruter des étudiants titulaires d’une licence en sciences de l’ingénieur, physique, sciences et techniques ou d’un diplôme équivalent.
Le programme Solem, fondé sur l’économie, la gestion et le droit, apporte des connaissances et les outils d’analyse économique pour développer une compréhension approfondie de la transition énergétique, y compris ses relations avec les politiques publiques, les transformations industrielles, les modèles d’entreprise, les concepts et outils juridiques propres à la filière des énergies renouvelables, en particulier l’énergie solaire.