L'ACTU

L'ACTU HEBDOMADAIRE DES ENR

ÉTUDE

La compétitivité bientôt réalité

Les coûts de l'éolien et du solaire vont encore baisser fortement ces prochaines années au point que ces deux énergies seront globalement moins chères que les énergies fossiles (fuel, gaz, charbon), mais les autres énergies vertes progressent également rapidement, estime l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) dans une étude, publiée le 15 janvier, sur les coûts des énergies vertes. Dans les deux prochaines années, les coûts moyens des renouvelables devraient atteindre entre 30 et 100 $/MWh en fonction des technologies, quand les énergies fossiles affichent des coûts entre 50 et 170 $/MWh, note le document. « Se tourner vers les renouvelables [...] n'est plus simplement une décision faite au nom de l'environnement mais, de plus en plus largement, une décision économique intelligente », explique Adnan Z. Amin, directeur général de l'Irena, cité dans le communiqué. Au-delà de l’éolien et du photovoltaïque, la baisse des coûts s'observe aussi pour les autres énergies renouvelables, note l'Irena. L'an dernier, des projets dans la géothermie, la biomasse ou l'hydroélectricité se sont ainsi développés avec des coûts autour de 70 $/MWh. Le solaire à concentration et l'éolien en mer font également des progrès et certains projets qui seront mis en service d'ici 2020 et 2022 coûteront entre 60 et 100 $/MWh, prévoit l'Irena. « Cette nouvelle dynamique témoigne d'un changement significatif de modèle énergétique », selon M. Amin.

Abonnez-vous pour recevoir chaque exemplaire du journal
dès sa parution et bénéficiez d'un tarif préférentiel !